Une photo pleine de mots retenus

Un regard plein d'inquiétude contenue.

Au-delà des mots, l'intuition, l'épuisement, un début de désespoir.

Une petite fille dont le visage est crispé de cris et de pleurs. Une maman dont le câlin submergé et les lèvres fatiguées cajôlent avec cette désinvolture des habitudes que l'on croit acquises pour toujours.

Les yeux perdus quelque part dans l'enfer des possibilités macabres, des questions sans réponse, d'un avenir que l'on ne peut envisager comme incertain.

L'épuisement d'une lente agonie, d'une vie volée par une nature capricieuse, un coeur malade, une médecine trop sûre d'elle pour sauver l'enfant qui meurt.

Une étreinte perdue, une odeur, une voix, des yeux qui n'existent plus et ne reviendront jamais. Une inexistence farouchement présente. Un devenir imaginé à défaut d'être vécu. Cette vie sacrifiée sur l'autel de la probabilité la plus infime.

Un instant fugace capturé par un papa aimant, mais pas tout puissant. Les limites de deux parents impuissants. La toute première fêlure d'une famille brisée.

Le quotidien d'une enfant gravement malade et malgré tout non diagnostiquée.

Et cependant, un souvenir chéri, une magnifique photo non posée, non jouée, une simple esquisse d'une vie si vite envolée qu'il est juste bon d'entrevoir aussi concrètement sa réalité.

Marie, mon ange, ma douleur, ma douceur. Mon lien vers le ciel...

 

Photo0607